Réponse de la Commune sur la gestion du domaine forestier

En réponse à la polémique naissante sur la commune et sur facebook, la municipalité tient à apporter des précisions suivantes :

1 . Il ne s’agit ni plus ni moins de l’application du plan d’aménagement de la forêt communale, réalisé par le gestionnaire, l’ONF. Plan d’aménagement, entériné par arrêté préfectoral régional signé en date du 21/03/2006 et par le document cadre « révision d’aménagement forestier de Sault 2005 – 2020 ».

Lequel plan est obligatoire sous peine de perdre notre certification PEFC (Programme de reconnaissance des certifications forestières) qui certifie la gestion durable de la forêt.

Nous vous invitions à visiter le site internet PEFC PACA pour plus d’informations.

De plus les coupes de bois ont été délibérées en conseil municipal du 29/01/2020.

2. L’exploitation réalisée sous la surveillance de l’ONF respecte la réglementation forestière.

3. Le Parc du Ventoux et la réserve biosphère n’interdisent pas les activités humaines (exploitation et accueil du public) sur le domaine forestier, bien au contraire.

4. Quant à la gêne occasionnée sur les chemins de randonnée :

Les chemins de débardage n’entrent d’aucune façon dans les chemins de randonnée, ils sont réservés uniquement à l’exploitation.

Le réseau PDIPR (Plan Départemental des Itinéraires de Promenade et de Randonnées) n’est pas touché et s’il advenait que des balisages soient concernés, ils seraient bien entendu, à la fin des travaux de coupe, remis en place par le forestier.

5. Les travaux réalisés durant la période de confinement ont été validés par les autorisations préfectorales.

6. Les travaux de gestion de la forêt communale ne sont pas terminés :

Les branches dans le pourtour de l’hippodrome vont être enlevées par une entreprise locale.

Et ces travaux sont contrôlés :

Tout au long des travaux, l’ONF effectue des contrôles et une décharge d’exploitation est visée par l’ONF à la fin de l’exploitation, ce qui permet à l’acheteur de récupérer sa caution bancaire.

7. Pour l’avenir, on peut aussi se poser la question du devenir des arbres situés sur la zone pique-nique autour de l’hippodrome qui, si l’on ne fait rien d’ici une dizaine d’années, seront morts….